De quoi nous parlent nos aînés dans leurs contes ? Et si la vieillesse m’était contée …

Catégories Blog

Dans les contes, que nos aînés inventent, il est question de désir amoureux, d’incontinence, de poésie et d’espoir. Cela vous étonne ?

Je remarque des invariants dans les contes, c’est à dire des grands thèmes qui semblent animer la période de vie-illeisse. Ce travail d’analyse des contes permet de comprendre ce qui est à l’oeuvre pour eux, leurs conflits, leurs combats, leurs priorités et ainsi me permet d’avoir une meilleure connaissance d’eux. Tenter de saisir ce qu’il se passe pour eux, moi qui n’ait pas vécu encore cet âge, pour pouvoir leur proposer une écoute au plus près de leur monde.

Merci à eux de nous transmettre ces transmissions orales ô combien précieuses. Les invariants sont en gras et les phrases y correspondant sont retranscrites en italique.

Contemplation et communion avec la nature et des éléments. Saisir le moment présent.

« A quel âge devient-on vieux ? ça dépend des jours. Il y a des jours où on se sent vieux et des jours où on se sent jeunes. En fonction du vent. »

« Il était une fois, au temps où les roses poussent »

 » C’est beau avec tout ces palmiers, les Bougainviliers en fleurs qui donnent le courage de vivre. »

« On ne se sent pas naître. On souffre à mourir. Et on en oublie de vivre. Alors, n’oubliez pas ». 

Désir amoureux comme une urgence. Il n’y a plus le temps de se poser des questions.

« Il pense qu’il ne doit pas attendre de faire sa déclaration d’amour avant de mourir car l’amour n’a pas d’âge et même âgé, on a le doit d’être amoureux. »

« Prince Leperflu-Vernion : « il ne faut pas autant réfléchir »

« Alors, il se tourne vers elle et l’embrasse de bon cœur. Un beau baiser de cinéma. »

Générativité : – Rôle de guide, besoin de transmissions

 » Un bon couple s’engueule au moins une fois par jour« .

 » Sur son chemin, Alain rencontra une personne bienveillante et expérimentée, Raymonde. Elle lui donna 2 grands conseils : lire des livres tous les jours et rester patient« .

Acceptation de son statut d’homme avec son incontinence

« Son Prince s’est endormi et dans son lâcher prise, il a fait pipi au lit ! Et oui, Mesdames, Messieurs, cela peut arriver ! »

 » Dans la plaine bien chaussé avec un bon paquetage dans lequel il a mis un sandwich, de l’eau et une couche, il part à cheval« .

Importance des moments simples

« Il décide de partir visiter les Americos libre. Il passe voir la sœur de Ricarda pour lui dire bonjour »

Ralentissements et délicatesses – Un travail autour de la patience à acquérir

« Cette voiture est très simple et elle roule doucement comme ça il peut observer le paysage et les femmes en détail, notamment les femmes qui dansent. »

« Il prend son temps pour digérer et se reposer. »

« Cela fait 50 ans qu’elle fait sa confiote de confiture toute seule, et qu’elle n’est pas malade pour autant. Et, elle vient même de trouver sa recette parfaite. »

« Des fruits bien mûrs issus des arbres. Son deuxième secret est qu’elle attend que les fruits tombent de l’arbre. Elle reste assise des heures entières à veiller pour que les fruits puissent tomber sans se faire mal. Cela demande de savoir rester de longues heures assises sans bouger et de se lever très vite. »

Âgisme

« les vieux, les moins-vieux, les pépés, les mémés, les oiseaux, les âgés, les toc-toc, les doyens, les aînés, les anciens, les pépés qui commençent à être âgés, les … et puis … on ne les appelle plus ».

 « Mais aujourd’hui, il n’ y avait plus personne. Enfin, il n’y avait que des vieux. »

Prudence et confort physique

« Il trouve des carottes sauvages dans un endroit où l’herbe est bien verte. Il les met dans son sac au cas où il ne trouve rien à manger ».

« Alors, je te plais ? Elle lui répond d’un oui en or massif mais l’encourage à aller d’abord passer une visite médicale. A cet âge là, il faut aussi prendre en compte la santé. »

« Déjà reste tranquille et mets des bonnes chaussures« 

« La nuit portant conseil »

« Il cherche à partir en voyage .. il adore le soleil, la mer et sait qu’il n’est pas fait pour la montagne. « je vais m’orienter vers une île française pour ne pas perdre mes droits, mes assurances, mes allocations et vivre paisiblement. »

Liberté d’agir, liberté d’être, errance et créativité

« Il a un secret : il n’a pas d’âge »

« Au fond de lui, il a un peu peur car il est seul. Il n’a pas de but, il marche pour savoir ce qu’il va lui arriver ».

« Elle a aussi un chapeau-bassine pour récupérer les fruits qui tombent d’en haut ».

Prise de risque courage, le temps des pardons, des retrouvailles

« Elle le voit arriver avec son cheval, fier comme Artaban. Il arrive alors à sa hauteur, passe la tête au-dessus de la murette ».

« La nuit portant conseil, le Prince décide de se réconcilier avec son père. Pour cela, il doit avoir la bonne attitude, rester tranquille et se taire. Face à son père, il est content, soulagé, parce que son père lui ouvre la porte. Père et fils se serrent dans les bras et pleurent d’émotion ».

Mémoire émotionnelle, intuitions (quand le cerveau frontal perd de sa puissance, il laisse la place au cerveau émotionnel qui prend le dessus)

 » Avec l’âge, ce n’est pas facile de reconnaître les gens mais parfois un seul détail suffit « 

 » Et ce détail elle le voit en s’approchant de lui. Elle le reconnaît à sa barbichette si longue qu’il marche dessus « 

Humilité et poésie

« je pleure pour toute la misère qui coure »

« Il a la pudeur des gens qui ont souffert »

« Tu as le soleil = le sourire jusqu’aux oreilles »

« Et ça c’est fait, et c’est la bonne fée »

« Je vais pas me tuer avant de mourir »

Espoir

« Mais il ne faut pas désespérer car le jour où on ne s’y attend plus, le miracle se produit. L’espoir fait vivre ».

« Il ne faut pas revenir en arrière jamais. Il faut voir devant. S’occuper de ses enfants et de soi. C’est ça le plus important ».

Je terminerai par un écrit de Jean d’Ormesson, riche d’enseignements  » Ne vous laissez pas abuser. Souvenez-vous de vous méfier. Et même de l’évidence. Elle passe son temps à changer. Ne mettez pas trop haut les gens ni les choses. Ne les mettez pas trop bas. Non, ne les mettez pas trop bas. Montez. Renoncez à la haine. Elle fait plus de mal à ceux qui l’éprouvent qu’à ceux qui en son l’objet. Ne cherchez pas à être sage à tout prix. La folie aussi est une sagesse. Et la sagesse, une folie. Fuyez les préceptes et les donneurs de leçons. Jetez ce livre, faites ce que vous voulez. Et ce que vous pouvez. Pleurez quand il faut. Riez. J’ai beaucoup ri. J’ai ri du monde et des autres et de moi. Rien n’est très important. Tout est tragique. Tout ce que nous aimons mourra. Et je mourrai moi aussi. La vie est belle. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *