J’accueille les enfants dans mon cabinet. Pour la première rencontre, l’enfant vient accompagné de ses parents car il a besoin d’être soutenu dans cette démarche et d’être aidé pour raconter ce qui ce passe pour lui. Puis, s’il est d’accord, il revient seul. Je lui laisse son petit post-it avec la date de son rendez-vous avec moi. 

De nombreux enfants ne peuvent pas s’exprimer avec la parole et vont avoir besoin d’utiliser des médiations. Je leur propose alors de réaliser du dessin qui leur permet de raconter comment ils perçoivent leur monde. Parfois, ils préfèrent me parler d’eux à travers des histoires de leurs super-héros, parfois c’est l’utilisation de figurines qui leur est plus accessible. Je peux aussi leur proposer d’aller marcher ensemble. Les enfants vont trouver dans le mouvement, la marche ensemble, un espace moins impressionnant pour s’exprimer. 

Je m’adapte à chaque enfant et je tente de proposer un accompagnement singulier, adapté, dans lequel il se sente à l’aise. 

Je propose en premier lieu le dessin car il s’agit d’une activité innée qui leur est profitable. Le dessin est thérapeutique en soi car il permet de poser sur un espace délimité une forme puissante. Donner forme c’est donner corps. C’est laisser une trace qui vient du corps sur un papier, c’est déposer sa trace en tant qu’individu en construction, c’est raconter ce qu’il se passe en eux. 

Le dessin vient raconter quelque chose de la complexité que l’enfant traverse. Mon engagement est d’écouter le dessin et non pas de le voir. L’écouter c’est à dire tenter d’entendre ce que l’enfant tente de raconter de ce qu’il vit dans son tracé et de l’aider à se comprendre lui-même. 

Il me semble nécessaire de travailler de concert avec les parents et ainsi de proposer à échéance régulière des temps d’échanges avec les parents en présence de l’enfant afin d’aider les parents dans leur parentalité, et ainsi d’aider l’enfant.