Je vous rassure, consulter un psychologue ne signifie pas être « fou », bien au contraire. Il est souvent dit qu’une personne qui va consulter a souvent fait déjà la moitié du chemin.  C’est parfois une décision difficile à prendre qui demande du temps de réflexion, des interrogations et puis un jour, un déclic.

« Là où croit le péril, croît aussi ce qui sauve ».

En effet, à certains moments de la vie, hommes et femmes, de tous âge, peuvent ressentir que quelque chose ne va pas en eux, qu’il y a peut-être une douleur, une souffrance. Et c’est là justement le point de départ du chemin que nous explorerons ensemble. Avec le travail thérapeutique que vous engagerait, cette souffrance pourra diminuer, voire disparaître ou bien vous apprendrez à vivre avec elle.

Cette souffrance peut s’exprimer sur le corps, le mental, dans vos relations avec les autres ou bien dans la relation que vous entretenez avec vous-même. Elle peut surgir pendant un événement de vie particulièrement douloureux, lors d’un cap de vie, une date importante. Parfois ce sont les autres qui nous font prendre conscience que ça ne va pas. Ces signaux sont des messages d’alerte afin que vous puissiez prendre soin de vous.

Lorsque la souffrance s’exprime sur le corps, l’adage dit « le corps parle ». Cela signifie que votre corps a la capacité de vous alerter. L’entendre est déjà un pas vers la guérison. Mais, comment « le corps parle » ? en fonction des personnes, il va s’exprimer différemment : certains vont sentir leur corps las et fatigué, voir surgir des crises de larmes, une grande irritabilité, d’autres vont en avoir plein le dos, comme un poids immense sur les épaules, des migraines. Pour d’autres, c’est le ventre qui sera noué, un souffle court, une hyperactivité. Enfin, des troubles du sommeil, du comportement alimentaire, des comportements d’addictions, des douleurs sans origine physique peuvent aussi vous alerter.

Le signes d’alerte peuvent venir du mental : une perte de motivation, de la négativité, des ruminations, une impossibilité à décider, des idées noires, embrouillées, des capacités d’attention et de concentration restreintes voire des amnésies, un sentiment d’être perdu, débordé, en hyperactivité mentale. Vous vous dévalorisez et vous ne parvenez pas à trouver une issue à vos difficultés. Comme pris dans une cercle vicieux.

Un mal-être s’exprime dans vos relations : vous avez conscience qu’il y a un phénomène de répétition dans vos relations mais vous vous sentez impuissant pour le stopper, vous avez du mal à dire les choses, un mutisme ou une timidité excessive, vous avez l’impression d’être constamment incompris, de ne pas trouver votre place voire d’être inexistant, que c’est toujours de votre faute, que vous ne méritez pas ce qu’il vous arrive. Vous pensez que les autres vous jugent négativement, vous ne vous sentez pas libre de vos paroles et de vos actes et cela vous fait souffrir.

Un événement de vie même heureux peut générer une forme de souffrance : un mariage, le passage à la retraite, l’arrivée d’un enfant … D’autres événements peuvent être traumatiques pour vous et peuvent nécessiter un accompagnement: un deuil, une séparation le départ des enfants de la maison, l’annonce d’une maladie… Ces changements viennent rompre un état d’équilibre et vous place en situation d’extrême vulnérabilité.

L’entourage comme porteur d’alerte. Votre médecin traitant ou certains professionnels que vous consultez vous conseillent d’aller voir un psy.  Parfois, votre entourage vous dit « tu devrais consulter » « va prendre l’air » « va faire un tour ». L’entourage porte un regard extérieur sur vous et peut vous alerter sur l’altération de votre santé mentale avant même que vous n’en ayez conscience.

* Lorsque le signal apparaît sur le corps, il est nécessaire d’aller consulter son médecin traitant pour vérifier que l’origine de ce symptôme ne vienne pas d’un dysfonctionnement biologique.

** En fonction de l’intensité des symptômes, je préconiserai un accompagnement global composé de plusieurs professionnel car « la tête et le corps ne font qu’un ».